Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Pourquoi un coaching ?

    question homme.pngSouvent source d'interrogations du type "est-ce de la thérapie ?" "est-ce une formation individuelle ?" "à quoi ça sert ?" etc... le coaching permet :

    • de prendre conscience de la situation actuelle grâce à l'écoute active du coach, son effet miroir, ses propositions de recadrage
    • de donner envie de changer
    • d'aider à trouver ses propres solutions par des apports théoriques, du feed-back, de l'aide à la décision
    • d'améliorer sa performance individuelle

    Le coach quant à lui s'engage à respecter ses engagements :

    • confidentialité
    • respect du coaché
    • honnêteté dans l'échange
    • exigence vis à vis du coaché pour favoriser ses changements

    Pour sa part, le coaché :

    • transmet toute information utile dans ce travail
    • s'investit dans l'action
    • adhère aux règles de fonctionnement et d'éthique

    En tant que coach, j'accompagne toute personne motivée par un changement soit en face à face (en Dordogne), soit par téléphone (cf note précédente sur ce blog : un coach au bout du fil).

    Pour toute information, me contacter au 06 84 07 18 10

  • Estime de soi, confiance en soi et acceptation de soi : une dynamique circulaire

    engrenage.jpgEstime de soi, confiance en soi, assertivité ou acceptation de soi : nous sommes parfois perdus dans des concepts proches qui recouvrent des aspects très différents.

    L'estime de soi est en effet liée au jugement positif ou négatif que je porte sur moi. Ce jugement se construit à partir de l'amour plus ou moins inconditionnel que j'ai reçu de mon environnement familial et éducatif et des modèles que j'ai adoptés. Plus mon "Idéal du moi", mon modèle, est parfait, plus l'écart entre ce que je suis et ce modèle est grand, plus mon estime de moi est défaillante. Bonne nouvelle : l'estime de soi peut se restaurer notamment en travaillant sur soi !

    La confiance en soi -ou assertivité- est par contre le sentiment que j'ai à propos de moi tandis que l'acceptation de soi invite à poser des actions concrètes : accepter ses pensées, sentiments, sensations, défauts, être bienveillant avec soi-même, etc...

    Développer la confiance en soi et restaurer l'estime de soi demande donc un engagement, une volonté de développer la conscience de soi, de dépasser ses croyances limitantes ("je suis nul", "les autres sont mieux que moi", "fais plaisir"), d'avancer à petits pas, de s'écouter et d'accepter d'en être là "pour le moment" et non pour toujours. Comme une ouverture vers d'autres possibles, une compréhension que chacun a son rythme d'évolution selon son étape de vie et que tout est bien.

  • France 2 et la CMV

    La CMV (crise du milieu de la vie) finirait-elle par ne plus être le secret le mieux gardé ? C’est ce que donne à penser l’émission de Delarue, prévue prochainement sur France 2.

    Sollicitée par une journaliste de France 2 pour donner quelques contacts de personnes ayant vécu la CMV, je découvre aussi la nécessité pour l’audiovisuel de pointer quelques cas spectaculaires avec changement radical de vie.

    Or, si la CMV peut effectivement amener à changer de métier et/ou de conjoint, elle amène surtout des changements en profondeur, une recherche de sens, une interrogation sur la vie, un passage à vide, voire un ralentissement du rythme de vie qui n’ont rien d’accrocheurs d’un point de vue médiatique. Et c’est là que réside le challenge que d’éclairer le spectateur sur une réalité humaine sans tomber dans la caricature, sans minimiser non plus, afin qu’en connaissance de cause cette étape de vie soit mieux vécue.

    N'hésitez pas à partager votre vécu de crise identitaire sur ce blog que ce soit de CMV ou pas !

  • Le parrainage : une histoire d’amour

    Lorsqu’il y a 5 ans, mon mari et moi-même avons décidé de parrainer un enfant au Népal, l’idée était d’accompagner un enfant dans son éducation et sa survie. Nos enfants étaient grands, et nous avions une certaine affinité avec les réfugiés tibétains.bal bahadur jan 09.JPG

    5 ans plus tard, les liens se sont créés au fil des lettres, de rares photos, de dessins reçus et aussi des résultats scolaires qui nous impliquent dans son devenir. Notre filleule Jamuna a maintenant 14 ans. Depuis 1 an, nous avons choisi de répondre présents à un appel urgent de parrainage de l’association qui cherchait à faire sponsoriser des enfants en situation dramatique. C’est donc un nouveau filleul  de 8 ans –Bal Bahadur- qui est venu prendre une place dans notre cœur.

    Pour la première fois cette année, nous avons décidé –malgré la crise- de nous rendre au Népal et de rendre moins virtuels ces enfants du bout du monde que nous portions dans notre cœur. Les rencontres ont été réussies : simplicité, regards, balades ensemble et petits cadeaux échangés. Nous comprenons mieux le sens de notre parrainage et de notre engagement dans la durée (à qui et à quoi sert notre argent). Nous avons également envie de partager notre expérience et de dire que oui, c’est possible d’aider avec peu et de faire une différence dans la vie d’un être.

    L’association que nous pouvons recommander pour son sérieux : www.solhimal.org

    Voir album Népal 2009 ci-contre (colonne de droite).