Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Inscrivez-vous pour consteller le 25 janvier ou le 4 février

    Les raisons sont nombreuses de vouloir consteller : trouver sa juste place, finaliser un deuil, se libérer d’un abus sexuel, améliorer ses relations, se libérer de schémas de répétition d’échec, (re)trouver du goût à la vie, lever les freins à sa réussite professionnelle et à l’abondance, etc.

    Cette démarche de pacification se place au-delà d’une compréhension intellectuelle des raisons de mes problématiques et d’une dimension égotique. Elle invite à reconnaître et à se soumettre aux lois de la vie et aux lois de l’Amour qui rendent libre.planning constellations familiales,aquitaine,bordeaux,périgueux,montauban,inscription

    Si vous êtes intéressé (e), alors voici la procédure à suivre :

    Téléchargez le bulletin d'inscription ici : Bulletin d'inscription

    et (si vous n'avez jamais constellé avec moi) le questionnaire préparatoire ci-après : questionnaire preparatoire cf 2017.pdf

    Toutes les informations sont sur www.les-constellations-familiales.com/

     

    Lire la suite

  • L'avortement : une blessure de l'âme!

    L’avortement : une blessure de l’âme aux conséquences multiples (et souvent masquées).

    Les femmes et les jeunes filles aujourd’hui ont la chance d’avoir accès aux moyens de contraception. Toutefois, il arrive que des « accidents » arrivent et qu’un enfant non-désiré consciemment vienne se nicher dans la matrice de la femme.

    C’est alors que des choix sont à poser :

    • garder l’enfant et réorganiser sa vie autour de son arrivée. Ceci peut amener un couple, qui n’était pas encore installé ensemble, à vivre sous le même toit ou encore à faire de nouveaux choix (d’études, professionnels, financiers, etc.) ;

     

    • faire un avortement ou IVG. Ce choix n’est pas neutre. Même s’il est assumé par les 2 partenaires, c’est la femme qui le vit dans sa chair et c’est elle qui en porte le poids et qui souvent se le fait payer inconsciemment par des mécanismes d’expiation :
      • autosabotage inconscient au niveau du couple actuel (problèmes de sexualité, conflits, rupture) ou interdit de créer un nouveau couple
      • difficultés  professionnelles : projets qui « avortent »
      • difficultés à s’autoriser à profiter des enfants vivants ou à s’autoriser une nouvelle grossesse
      • dépression, maladie, accidents ou addictions problématiques pour la santé, traduisant une dynamique « je te suis », etc.

    Et tout cela,  même quand la décision a été bien vécue et accompagnée par le partenaire. Tout ceci est évidemment majoré quand la décision est imposée (par les parents, le partenaire, etc). Les questions qui se posent :

    • comment la femme se voit-elle ou se vit-elle ?
    • quel regard porte-t-elle sur l’homme ? et sur l’enfant ?
    • comment l’homme voit-il la femme ? et l’enfant ?

    Les émotions sont très présentes : culpabilité, colère contre l’homme, tristesse. Quand je place une constellation de ce type, je constate que la femme ne peut regarder l’enfant et que l’homme est souvent dans le déni. L’enfant avorté ne peut partir et reste accroché à sa mère. Il a besoin d’être regardé car il est exclu.

    La constellation familiale propose de mettre en place le triangle : mère – enfant – père, et de pacifier chaque binôme. Enfin, si le couple est encore ensemble, l’idée est que les 2 « parents » portent ensemble la décision et l’enfant avorté dans leur coeur. S’il y a d’autres enfants, l’important est qu’il ne porte pas la culpabilité pour les parents.