Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Constellations familiales - 3ème loi : Donner / Prendre

    donner,prendre,recevoir,constellations familiales,bordeaux,périgueux,montauban,loisJe vous ai fait attendre quelque peu pour écrire cette note. C’est qu’elle est loin d’être facile à rédiger et que cette loi a de nombreuses ramifications. Je vous en offre les principales… Donnez-moi vos commentaires à la fin !

    La dernière loi est sans doute celle qui rencontre le plus d’incompréhension, voire d’opposition. En effet, elle semble aller à l’encontre d’une valorisation du sacrifice ou du don gratuit, fort biens vus dans nos sociétés judéo-chrétiennes.

    Or, ce qui s’observe en constellations, c’est qu’il doit y avoir une recherche d’équilibre entre le DONNER et le PRENDRE dans une relation.

    Abordons tout de suite l’exception : la relation parents/enfants. En effet, les parents donnent et l’enfant prend. C’est dans l’ordre des choses. Comme l’enfant ne pourra jamais rendre ce qu’il a reçu à ses parents (la vie, les soins, etc…), il ne peut rétablir l’équilibre qu’en redonnant un jour à ses propres enfants ou en transmettant à d’autres ce qu’il a reçu. Par conséquent, les parents ne sont pas non plus en droit de revendiquer le «retour sur investissement» !

    En dehors de ce cas, tout déséquilibre peut signer la fin de la relation, s’il n’y a pas de possibilité ou d’envie de ré-équilibrage. De la même façon, une recherche d’équilibre parfait signerait la fin de la relation. Par exemple, si un ami me fait un cadeau de 100 grammes de chocolat un jour et que la fois suivante c’est moi qui lui fait le même cadeau, je lui indique que nous sommes quittes et que la relation peut s’arrêter.

    Dans les couples, pour que la relation grandisse en maturité, le volume d’échanges doit augmenter. Ainsi, le lien se renforce et l’amour grandit. Cela s’accompagne de joie, de paix et de légèreté. Parce que j’aime mon compagnon, je lui donne. Cela créé une pression chez lui qui l’invite à me donner un peu plus que ce qu’il a reçu. Ensuite, cela créé une pression chez moi qui m’incite à lui donner un peu plus et ainsi de suite… A l’inverse, un volume d’échanges restreint apporte peu de bonheur mais permet de rester « libre ».

    Précaution : ne pas donner plus que ce que l’autre est prêt à prendre et est capable de redonner, sinon le déséquilibre s’installe.

    Cas particuliers :

    • Donner sans prendre

    Cela permet de garder une position haute puisque l’autre est en dette. Au bout d’un moment, c’est celui qui ne peut rétablir l’équilibre qui en veut à l’autre et éventuellement rompt la relation.

    • Refuser de prendre

    Certains ne veulent rien devoir à personne et se sentent supérieurs voire différents. Mais ils vivent à l’économie et leur vie est vide et insatisfaisante. C’est notamment le cas des personnes souffrant de dépression.

    • Impossibilité ou incapacité de donner et donc de rendre (personnes disparues, handicap ou maladie de l’un…)

    Partout où l’équilibre des échanges et le redonner n’est pas/plus possible, le moyen de se libérer de la pression sera de donner à quelqu’un d’autre ce qu’on a reçu.

    Sinon, le remerciement sincère rétablit l’équilibre (quand il n’est pas là pour éviter de donner soi-même en retour !). Il s’agit de dire « Je prends avec bonheur et avec amour ».

    Rétablir l’équilibre au négatif

    Le besoin de justice et d’équilibre s’exprime aussi sur le volet négatif. Si quelqu’un me porte préjudice ou me fait souffrir, le besoin de réparation se manifeste tant du côté de la victime que du côté du coupable. Cette fois, l’équilibre doit se rétablir par un dommage en retour ou une demande de réparation, mais l’intensité doit être moindre. Sinon, dans un couple par exemple, la relation va s’arrêter.

    Si la « victime » pardonne à l’autre pour lui éviter d’assumer la responsabilité de sa faute et éviter le conflit, cela ne permet pas de résoudre le déséquilibre. Si quelqu’un pardonne, il se sent supérieur et l’autre ne peut redevenir son égal. Pour qu’il y ait réconciliation, la victime doit demander réparation et le coupable doit porter les conséquences de ses actes (il ne doit pas non plus demander pardon). Ainsi chacun garde sa dignité. Sinon, le « coupable » n’a plus qu’à partir.

    Parfois, réparer la faute ou le dommage n’est pas possible car c’est irréparable (mort…). Aucune action ne peut rétablir l’équilibre. Il ne reste plus qu’au coupable et à la victime à se soumettre au destin.

    ************************************

    Ainsi s’achève ce premier cycle de transmissions sur les constellations familiales. Postez vos commentaires et remarques juste en dessous...sous l'article.

    J’espère qu’il vous a quelque peu éclairés. Pour en savoir plus, rien de plus fort que  de vivre une journée de constellations familiales grandeur nature ! La plaquette 2012 figure colonne de droite… Au plaisir de vous accompagner dans ce travail que je considère comme sacré.

  • Janvier 2012 - Constellations familiales à Montauban

    mains tendues.jpgCa bouge du côté de Montauban ! La journée de constellations familiales du 14 janvier est complète en constellés. Il reste 3 places de représentants.

    Pour ceux qui veulent consteller à Montauban, la prochaine session aura lieu le 10 mars.

    Pour ceux que ça intéresse, pensez à réserver votre place dès à présent en me retournant le bulletin d'inscription ci-après plaquette constellations 2012.pdf.

    En attendant, je vous laisse préparer les fêtes de Noël, moments réactivateurs de schémas familiaux et aussi d'opportunités de changement dans la qualité des relations !