Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Audio - confiance en soi et choisir d'être soi


podcast
Cliquez sur la flèche pour lancer l’audio (8:56).

Retranscription de l’audio ci-après : 

 

Bonjour,

Je suis Sylvie Bergeron et cet audio concerne la confiance en soi et le fait de « choisir d’être soi ».

Tous les humains, élevés dans la société actuelle, ont été éduqués d’une certaine manière et ont traversé des traumatismes petits ou grands. Cette éducation, transmise par les parents ou par des référents, est en général une duplication de l’éducation reçue précédemment par ces mêmes parents ou bien, dans d’autres cas, exactement l’inverse de ce qui a été reçu. Dans chaque situation, que ce soit à l’identique ou que ce soit exactement le contraire, cette éducation est rarement alignée, adaptée à l’enfant qui est éduqué. Nombre d’entre nous avons été éduqués en apprenant à ne pas faire confiance à notre ressenti, quand nous parents nous disaient « mais non, tu n’as pas mal », alors que nous étions tombés et que nous souffrions quelque part. Ainsi, très rapidement nous avons retenu que notre ressenti n’avait pas de valeur et que c’était leurs voix extérieures qui étaient plus importantes que la nôtre.

Plus tard, ces mêmes voix extérieures sont devenues celles de nos enseignants, puis celles de la société, de notre manager, puis celles des medias, des films, des clips vidéos ou de toute autre facette de la communication humaine qui vise à programmer –consciemment et inconsciemment- le mode de fonctionnement des humains.

Alors, se faire confiance dans se contexte, choisir d’être réellement soi-même demande un acte à la fois de conscience et de courage. Conscience de découvrir que ce que nous manifestons, ce que nous croyons être nous, c’est à dire cette personnalité qui a été façonnée par les différents éducateurs, par les différentes expériences que nous avons traversées, n’est qu’une partie superficielle de ce que nous sommes réellement à l’intérieur.

En général, nos aspirations profondes, notre potentiel, nos talents n’ont pas pu s’exprimer dans le contexte de notre environnement et ont été totalement ou partiellement refoulés pour devenir quelqu’un de conforme, d’adapté à la société. Autrement dit, quelqu’un qui va devenir un bon petit soldat, au service de la société.

Cette conformité présente de nombreux avantages, ne serait-ce que celui d’être accepté, d’être aimé, d’être reconnu, même si cette reconnaissance correspond à une personne que nous ne sommes pas en réalité. Toute cette adaptation, cette acceptation implicite de devenir conforme aux attentes des autres, nous a permis d’être acceptés, d’être aimés, d’être reconnus. Toutefois, à un certain moment de notre parcours, soit lors d’une crise identitaire, lors d’une crise du milieu de la vie, soit à la faveur d’évènements externes douloureux –comme par exemple, un divorce, un décès, un changement de travail ou une perte de quelque chose- l’être, à l’intérieur de nous, se réveille et découvre que finalement il est en souffrance, qu’il est aimé et reconnu pour ce qu’il n’est pas profondément. C’est à ce moment là que la quête réelle commence et cette quête amène souvent à découvrir que ce que nous sommes est le résultat de ce que nous avons vécu.

Et il est facile à ce moment là d’en vouloir à ceux qui nous ont éduqués, que ce soit nos parents, que ce soit l’enseignement ou la société et de nous positionner dans un rôle de victime. Et parfois, nous restons bloqués dans ce rôle de victime.

Certes, c’est une façon de reconnaître la souffrance que nous avons vécue ! Mais c’est aussi un nouvel enfermement. Car, en restant enfermés dans notre rôle de victime, nous ne pouvons pas prendre la responsabilité de notre bien-être et nous mettre en démarche pour aller à l’intérieur de nous-mêmes rencontrer celui ou celle que nous sommes réellement ; redécouvrir ces aspirations profondes que nous avions peut-être contactées quand nous étions tout petits mais que nous avions oubliées ou voulu oublier, pour ne pas souffrir dans cette société qui ne leur faisait pas de place. Et cette responsabilité va –petit à petit- nous amener à sortir de ce rôle de victime, à arrêter de souffrir, dans l’illusion de montrer à ceux qui nous ont fait souffrir combien ils nous ont fait souffrir et combien c’est de leur faute si nous allons mal. Bien souvent, cela ne touche pas les personnes concernées ou bien elles sont déjà disparues. Et donc, c’est vraiment perdant-perdant.

Il va être important donc de reprendre les rênes de sa vie et choisir d’être soi, c’est aller à la rencontre de celui ou celle que nous avons été, de toutes les parties blessées, de les réhabiliter, de reconnaître celui ou celle qui était derrière et qui était en souffrance.

Mais c’est aussi une invitation à sortir de la posture de victime, à reprendre les rênes de sa vie, à se réaligner avec son être le plus profond.

Alors, le stage « Choisir d’être soi » que Moïse et moi vous proposons, c’est un processus qui va faire que vous allez passer par différentes étapes, de reconnexion aux blessures et à celui ou celle que vous étiez alors, mais aussi de reconnexion à vos potentiels, à vos propres ressources, à découvrir que vous êtes bien plus grand que ce que vous croyez, au delà de l’ego, au delà des apparences que vous avez pu afficher par le passé et que ce n’est pas à étant en deça de soi-même que vous rendez service au monde, bien au contraire.

Et à l’issue de ce processus, vous aurez contacté cette puissance intérieure, commencé à ressentir qu’il y a bien plus grand à l’intérieur de vous et qu’il vous appartiendra, à partir de là, de choisir chaque jour, à chaque instant, d’être à l’écoute de vos paroles, de vos pensées, de les rectifier, puisqu’elles continueront leur routine, en pilotage automatique comme avant, simplement, vous en serez davantage conscient, et vous pourrez choisir de les réorienter au service de qui vous êtes vraiment. Vous pourrez aussi vous autoriser à poser de saines limites, oser dire « non », oser demander de l’aide, oser proposer la vôtre, commencer à vous aimer davantage, à admettre que vos stratégies de survie vous ont permis justement de survivre, même si elles sont dépassées aujourd’hui.

En général, les personnes qui vivent cette expérience se sentent plus légères, apaisées à la fin de ce stage et plus responsables aussi de leur propre destin, avec l’envie de ne plus se laisser happer par les sirènes de la représentation, par les sirènes de l’apparence, pour être davantage dans l’être plutôt que dans le paraître.

Ce stage CHOISIR D’ETRE SOI dure 5 jours. Il a lieu en Dordogne et c’est vraiment un temps d’investissement sur vous-même, un temps de partage avec d’autres êtres humains qui traversent des processus similaires, dans le respect et la bienveillance.

Nous aurons grand plaisir à vous accompagner Moïse et moi dans ce processus à la rencontre de vous-même.

Pour vous inscrire, consultez le site Descriptif stage

Écrire un commentaire

Optionnel