Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Exercice de cohérence cardiaque : image et son

    Travailler sa cohérence cardiaque a de nombreuses vertus. Elle permet notamment de réduire le stress et l’anxiété, de trouver un meilleur sommeil, de relever la barrière de notre système immunitaire, développer l’intuition. Le tout est de pratiquer 3 fois par jour pendant 5 minutes, à environ 4 heures d’intervalle. Un exercice qui s’apparente à une méditation accessible à tous...

    Lire la suite

  • Le culte de ses ancêtres. Et si ça avait toujours du sens ?

    Autrefois, et même encore aujourd’hui dans certaines tribus, les vivants honoraient leurs ancêtres chaque jour. En France, il nous reste la Toussaint. Pour certains, c’est un rituel que d’aller sur les tombes familiales, de les désherber et d’y déposer un pot de fleurs et éventuellement d'y prier. Le sens que chacun y met est variable : sens du devoir, fidélité, obligation sociale, culte religieux, nostalgie…

    Pourtant, reconnaître ses ancêtres reste d’actualité car nos ancêtres nous habitent, nous animent et tapent à la porte de nos inconscients s’ils se sentent exclus. Toute exclusion du clan familial porte en elle la graine de la malédiction. Comme le dit B. Hellinger « Nul ne peut être exclu du clan ! ».

    Lire la suite

  • La place de la Femme dans sa famille et dans son couple

    C’est aujourd’hui la journée de la Femme. Voici quelques morceaux choisis de la conférence que j'ai menée en Dordogne pour la Journée de la Femme en 2012 : "Place de la femme dans sa famille et son couple".

    Elle évoque différents aspects : reconnaissance de la fille dans le clan, place dans sa fratrie par rapport aux enfants morts, pacification de la relation avec les ex-partenaires, mariage, place de la femme vis à vis de sa belle-mère, etc...


  • Vous avez dit « susceptible » ?

    Etre susceptible c’est se sentir blessé, vexé face aux propos ou aux attitudes des autres. Cela révèle une blessure narcissique ancienne : de ne pas avoir été aimé pour ce que l’on est, de ne pas avoir été valorisé, d’avoir été rejeté ou abandonné dans le passé voire humilié.

    « Tu devrais couper tes cheveux. Je suis sûr que cela t’irait bien dit Bertrand à son épouse Nicole en passant devant une affiche publicitaire. Elle le regarde, blêmit et se demande pourquoi il lui dit ça. Est-ce qu’elle est moche avec sa coupe au carré ? Est-ce qu’elle ne lui plaît déjà plus ? Elle se retient de lui faire une remarque et plonge dans le mutisme ce qui l’étonne. On ne peut rien te dire rétorque-t-il ! C’est usant à la fin. Nicole s’en veut de réagir ainsi mais ne sait pas comment faire autrement.»

    Cette blessure conduit à adopter des comportements inappropriés d’agressivité, de dévalorisation, de bouderie, d’autopunition et à ressentir des émotions douloureuses : honte, culpabilité, colère, tristesse.

    Lire la suite