Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Eveil personnel - Page 2

  • Que dire de la mort aux enfants?

    parler de la mort aux enfants,deuil,montrer le mortJulien a 5 ans et son Papy vient de mourir. Il ne le sait pas encore mais il voit bien que maman et papa sont tristes et qu’ils ont les yeux humides quand ils le regardent. Quand il vient les voir pour les demander pourquoi ils sont tristes, les grands ne lui disent rien. Ils le renvoient jouer et s’affairent à leurs histoire de grands.

    Finalement, hier maman a pris Julien dans ses bras et lui a dit que Papy était parti au ciel. Du coup, Julien passe des heures à la fenêtre à regarder le ciel pour voir si Papy ne va pas passer par là et lui faire un petit coucou comme il a l’habitude de le faire.

    Les grands chuchotent quand il est là et il a passé samedi dernier chez sa marraine alors que papa, maman, mamie, tante Lucie et son mari sortaient tous habillés de noir.

    Il n’est pas idiot quand même, il se passe quelque chose. Mamie lui a dit que Papy était parti et qu’un jour elle le reverrait. Ca l’a plongé dans une tristesse sans mot. Qu’est-ce que tout cela veut dire. Les grands ne lui disent pas tout !

    Julien, comme tous les enfants, capte de nombreux messages verbaux et non verbaux de son entourage. Il a compris que quelque chose de grave s’était passé mais les mots n’ont pas été CLAIREMENT posés sur ce qui se passe. En voulant le protéger, les adultes le plongent -malgré eux- dans l’angoisse et ne lui permettent pas de comprendre ce qui se passe et de partager avec eux sa peine.

    Il suffirait de lui dire que Papy est mort mais qu’il vivra toujours dans le coeur de tout ceux qui continueront à penser à lui. Et aussi de l’emmener avec eux au cimetière pour qu’il puisse voir son Papy et lui dire au-revoir une dernière fois. Peut-être que ses parents pourraient l’inviter à faire un dessin ou à offrir une jolie pierre ou une fleur à son Papy. En tout cas, l’associer à cette disparition, sans entrer dans les détails que son âge ne permet pas de gérer, mais en donnant du sens à ce qu’il perçoit de toute façon.

    Par ailleurs, les métaphores du type « il est parti », « il est au ciel » ou autre sont souvent prises à la lettre par l’enfant qui peut passer son temps à attendre le retour du défunt ou à le chercher partout.

    Parler vrai et simplement à l’enfant, lui exprimer sa propre tristesse et l’aider à exprimer et accueillir la sienne. Voilà ce qui lui permettra de vivre son deuil puis de faire son deuil à son rythme. Et si, pour une raison ou une autre, l’enfant n’a pu voir le mort ou assister aux funérailles, les parents peuvent aussi lui proposer de faire un petit rituel avec lui. Par exemple, écrire ensemble une lettre pour Papy et la brûler ou la laisser partir dans le courant d’une rivière, ou encore la lire à haute voix sur un lieu qui fait sens pour l’enfant et son grand-père. Inventez avec lui un acte symbolique qui fait sens pour lui et lui permet de dire au revoir et d’exprimer sa peine... peut s’avérer très utile même si l’enfant était présent aux funérailles.

    parler de la mort aux enfants,deuil,montrer le mortIl est aussi très important de déculpabiliser et de rassurer l’enfant. Dans sa "pensée magique », il peut croire que son attitude a provoqué la mort de la personne. Bien insister sur le fait que « ce n’est pas de sa faute ». Ne pas s’étonner que l’enfant continue à parler aux absents ou joue à faire le mort. C’est sa façon à lui de gérer l’évènement. 

    Selon le Dr Jean-Louis Crouan, la réaction de l’enfant à la mort est différente selon son âge :

    • de 0 à 3 ans : il n’a pas conscience de la disparition de la personne mais fait tout de même «éponge» des émotions de l’entourage. Il peut souffrir d’une angoisse de séparation.
    • de 4 à 6 ans : il a conscience de la mort mais la perçoit comme temporaire. Il a tendance à protéger ses parents dans la peine et a du mal à verbaliser sa propre souffrance
    • de 7 à 10 ans : il comprend le côté irréversible de la mort mais se sent parfois coupable.
    • adolescent : c’est une période à risque car il vit une période insécurisante à d’autres niveaux. Ne pas hésiter à lui proposer un accompagnement.
     

     

  • Les étapes du deuil – de 3 à 5 étapes selon les auteurs

    Les auteurs ne s’entendent pas tous sur les intitulés des étapes ni sur leur nombre. Toutefois, tous s’accordent à dire que ces étapes ne sont pas suivies nécessairement dans l’ordre, ni dans leur totalité par tout le monde ! Chaque deuil est unique et chacun traverse un cheminement qui lui est propre. Et plutôt que l’expression « Faire son deuil », un peu galvaudée, d’aucuns préfèrent parler de «Vivre son deuil ».

    Elisabeth Kübler-Ross s’appuie sur 5 étapes –plus connues- que je détaille ci-après :

    1. Le déni
    2. La colère
    3. Le marchandage
    4. La dépression, grande tristesse
    5. L’acceptation 

    Lire la suite

  • Exercice de cohérence cardiaque : image et son

    Travailler sa cohérence cardiaque a de nombreuses vertus. Elle permet notamment de réduire le stress et l’anxiété, de trouver un meilleur sommeil, de relever la barrière de notre système immunitaire, développer l’intuition. Le tout est de pratiquer 3 fois par jour pendant 5 minutes, à environ 4 heures d’intervalle. Un exercice qui s’apparente à une méditation accessible à tous...

    Lire la suite

  • Fais de ton mieux!

    Nous avons souvent tendance à nous mettre la barre haut et à ne pas être satisfait des résultats que nous obtenons. Si mon pilote automatique me pousse à vouloir "Etre parfait(e)" alors, ce que je fais n'est jamais assez bien ou a peu de valeur parce que j'ai réussi à le faire.

    Cette disposition d'esprit s'avère épuisante et insatisfaisante. Nous ne prenons pas la peine de nous gratifier pour nos réussites, pire encore, nous nous dévalorisons ou minimisons nos succès. Nous nous mettons toujours plus de pression pour aller toujours plus haut, plus vite mais cette cible s'éloigne à mesure que nous nous en rapprochons.

    Lire la suite

  • Lâcher prise ou arrêter de vouloir tout contrôler!

    « Il faut lâcher prise, mais comment ». C’est le thème que m’a soumis un de mes lecteurs…  Je me suis endormie sur l’idée d’écrire un article et j’ai passé une nuit épouvantable ! Mon cerveau tentait de contrôler tout ce qui pourrait figurer dans l’article et les idées tournaient en rond dans une boucle infernale. Au petit matin épuisée, j’ai pris conscience que la simple formulation « il faut lâcher prise » est en elle-même piégeante. C’est ce qu’on appelle une double contrainte qui incite à contrôler le fait de lâcher le contrôle. Impossible donc.

    Il convient d’abord de clarifier ce qu’est le lâcher prise et aussi ce qu’il n’est pas.

    Ce que le lâcher prise n’est pas :

    • De la passivité
    • Du fatalisme
    • De la résignation
    • De la négation de notre individualité
    • L’absence d’action ou d’objectif

    Lire la suite

  • Histoire des petits gestes qui paraissent inutiles

    L'Etoile de Mer

    Alors qu'il marchait à l'aube sur la plage, un vieil homme vit devant lui un jeune homme qui ramassait des étoiles de mer et les jetait à l'eau. Il finit par le rejoindre et lui demanda pourquoi il agissait ainsi.

    Le jeune homme lui répondit que les étoiles de mer mourraient s'il les laissait là jusqu'au lever du soleil.

    « Mais la plage s'étend sur des kilomètres et il y a des millions d'étoiles de mer, répliqua le vieil homme. Quelle différence cela va-t-il faire ? »

    Lire la suite