Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Confiance en soi - Page 2

  • Conte de la petite Lily qui voulait juste qu'on l'aime

    Lily est une petite fille de 6 ans un petit peu triste. Un petit peu triste comme savent l’être les petites filles qui n’ont plus leur papa près d’elle. Un jour, son papa et sa maman se sont disputés et puis, du jour au lendemain, ils se sont quittés. Lily est restée avec maman. Au début, Lily a cru que papa reviendrait, que c’était une comédie que tous les deux se faisaient. « Comédie », c’est le mot que maman emploie quand elle, Lily, ne veut pas manger sa soupe par exemple. Alors, maman dit : « arrête de faire la comédie, Lily».

    Finalement, papa n’est pas revenu et maman est restée seule quelque temps jusqu’à ce qu’elle annonce qu’elle avait un nouvel amoureux. Lily trouve ça drôle que maman ait un amoureux parce que d’habitude, les amoureux c’est pour les jeunes. Enfin, maman dit qu’elle est encore jeune, mais quand même.

    Lire la suite

  • Il faut lâcher prise !

    Ca y est! J'ai décidé de lâcher prise, d'arrêter de vouloir tout contrôler, d'anticiper tout et de flipper dès que les choses ne se présentent pas comme prévu.

    J'ai lu un article sur le lâcher prise et ça m'a bien parlé. Moi, je suis une adepte du self-control ! Ca m'a rendu de grands services d'ailleurs. J'ai ainsi évité d'être trop agressive avec mon manager et d'envoyer tout péter !

    Léonie, ma grande amie, m'a dit : - Bernadette, tu envoies un message contradictoire à ton cerveau (une injonction paradoxale) en disant "il faut lâcher prise". Car si tu dis "il faut", tu contrôles. Et, justement, le lâcher prise, c'est tout le contraire. Décidément, ce truc n'est pas évident !

    Lire la suite

  • Vous avez dit « susceptible » ?

    Etre susceptible c’est se sentir blessé, vexé face aux propos ou aux attitudes des autres. Cela révèle une blessure narcissique ancienne : de ne pas avoir été aimé pour ce que l’on est, de ne pas avoir été valorisé, d’avoir été rejeté ou abandonné dans le passé voire humilié.

    « Tu devrais couper tes cheveux. Je suis sûr que cela t’irait bien dit Bertrand à son épouse Nicole en passant devant une affiche publicitaire. Elle le regarde, blêmit et se demande pourquoi il lui dit ça. Est-ce qu’elle est moche avec sa coupe au carré ? Est-ce qu’elle ne lui plaît déjà plus ? Elle se retient de lui faire une remarque et plonge dans le mutisme ce qui l’étonne. On ne peut rien te dire rétorque-t-il ! C’est usant à la fin. Nicole s’en veut de réagir ainsi mais ne sait pas comment faire autrement.»

    Cette blessure conduit à adopter des comportements inappropriés d’agressivité, de dévalorisation, de bouderie, d’autopunition et à ressentir des émotions douloureuses : honte, culpabilité, colère, tristesse.

    Lire la suite

  • Fais de ton mieux!

    Nous avons souvent tendance à nous mettre la barre haut et à ne pas être satisfait des résultats que nous obtenons. Si mon pilote automatique me pousse à vouloir "Etre parfait(e)" alors, ce que je fais n'est jamais assez bien ou a peu de valeur parce que j'ai réussi à le faire.

    Cette disposition d'esprit s'avère épuisante et insatisfaisante. Nous ne prenons pas la peine de nous gratifier pour nos réussites, pire encore, nous nous dévalorisons ou minimisons nos succès. Nous nous mettons toujours plus de pression pour aller toujours plus haut, plus vite mais cette cible s'éloigne à mesure que nous nous en rapprochons.

    Lire la suite

  • Accueillir toutes les parties de soi!

    enfant chaines.jpg

    Lorsque nous allons mal, que nous soyons en colère, triste, apeuré, frustré ou autre, nous avons tendance à vouloir sortir rapidement de cet état d’être que nous considérons souvent comme négatif. Or, plus je veux « tuer » ce qui me dérange, moins je veux accueillir ce qui se passe en moi, plus je renforce ce qui me dérange. CE A QUOI JE RESISTE PERSISTE !

    C’est plutôt en accueillant ma peur, ma colère, etc. et la partie en moi qui cherche à s’exprimer que je peux me détendre et amorcer des retrouvailles souvent salutaires. C’est aussi en apprenant à ME PARDONNER d’avoir entretenu si longtemps des sentiments « négatifs » ou d’avoir occulté des parties de moi qui criaient pour se faire entendre que je me donne une chance de retrouver ma sérénité et mon énergie.

    Lire la suite