Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Confiance en soi - Page 4

  • Texte inspirant sur la réussite!

    arroser.jpgEt si réussir c'était tout d'abord se dire oui,

    dire 'oui' à ce qui nous fait vibrer,

    Et si réussir  c'était d'abord croire,

    tenir bon quand les autres lâchent,

    Et si réussir, c'était d'abord une histoire avec soi,

    être vraiment nous-même envers et contre tous,

    Et si réussir c'était choisir de vivre plutôt que survivre,

    prendre des risques et les assumer pleinement,

    Sourire à l'échec car l'échec est Graine et la réussite Fleur...

     

    Et si réussir, c'était donner, se donner, s'offrir

    danser avec la vie plutôt que la subir

    Et si réussir c'était tout l'inverse de contrôler

    Mais plutôt oser se laisser aller

    Et si réussir c'était simplement un choix

    Et que ce choix vous pouviez le faire maintenant

     

    Que feriez-vous ?

     

    Ce texte écrit par Jean-Luc De Wachter m’a touchée et je voulais le partager avec vous..

  • L’estime de soi et la confiance en soi

    fillette écoute.jpgNotre éducation judéo-chrétienne nous a appris à aimer les autres et à nous oublier. Or, la capacité à aimer un autre est intimement liée à l’amour que l’on se porte.

    « L’amour de soi et l’amour des autres ne sont pas des alternatives. Au contraire une attitude d’amour envers soi-même se rencontrera chez tous ceux qui sont capables d’aimer les autres ».

    Eric FROMM.

    Certains considèrent que l’égoïsme et l’arrogance sont équivalents à l’estime de soi et à la confiance en soi. Or il y a une différence entre une personne qui se sur-valorise et affiche, coûte que coûte, une image positive d’elle-même et une personne qui s’estime vraiment.

    « Les personnes qui ont une estime de soi réellement élevée pensent qu’elles sont compétentes et dignes d’être aimées. Les personnalités narcissiques prétendent avoir une estime de soi très élevée mais elles en fait incertaines à propos de leur valeur. Par conséquent elles sont obligées d’asseoir leur vision d’elles-mêmes sur des activités compensatoires. Elles compensent souvent leur doute sur elles-mêmes en essayant de dévaloriser les autres. »

    William JAMES

    Quant à Nathaniel BRANDEN, il appelle l’estime de soi : "le système immunitaire de la psyché".

    L’estime de soi est donc l’appréciation favorable de soi-même. Il s’agit  d’un jugement porté sur soi.

    La confiance en soi relève quant à elle dune conviction : elle motive un individu pour agir.

    Par contre, elle est interactive entre le monde et soi. Quand vos actions vous mènent à l’échec, au rejet et à la souffrance, votre confiance en vous s’en trouve altérée.

    Par contre, si vous avez une haute estime de vous-même, vous saurez affronter les difficultés et les problèmes avec une certaine détermination.

    La persévérance pré-suppose que la réussite est possible. 

    Une personne qui a une pauvre estime d’elle-même, recherchera la sécurité et s’en tiendra au moindre effort pour ne rien bouleverser de son système de croyances et par peur de s’affaiblir encore.

    Et vous ? Quel jugement portez-vous sur vous-même ? Quel amour vous accordez-vous ? Comment prenez-vous soin de vous ?

     

     

  • Peut-on avoir trop confiance en soi?

    herisson[1].gifNi hérisson, ni paillasson !

    Vous redoutez de prendre de nouvelles responsabilités ? Vous vous comparez sans cesse aux autres et considérez souvent qu’ils ont plus de valeur que vous ? Vous avez du mal à exprimer une demande, à poser vos limites ? Vous doutez de la sincérité d’un compliment qui vous est fait ? Vous oscillez entre autoritarisme et passivité ? Vous êtes agressif et ne savez pas pourquoi ? Vous voulez toujours avoir raison ?

    Si vous avez répondu « oui » à l’une ou l’autre de ces questions vous êtes invités à restaurer ou à développer votre confiance en soi.

    Contrairement à ce qu’on pourrait imaginer, le déficit de confiance en soi affecte aussi bien les personnes dites « réservées » que les personnes ayant une attitude génératrice de conflits. Selon certaines études, 60 % des individus manqueraient de confiance en eux. Nathaniel Branden –psychologue mondialement réputé dans ce domaine- affirme que la confiance en soi n’est pas innée mais s’acquiert.

    Or, posséder une bonne confiance en soi est une question de survie pour relever les défis professionnels et personnels du monde moderne. 

    La confiance en soi ? Qu’est-ce que c’est ?

    C’est n’être ni passif, ni agressif. C’est se respecter et respecter autrui. C’est percevoir que vous pouvez faire face aux défis de votre quotidien. C’est avoir confiance en votre capacité à penser, apprendre, faire des choix, prendre des décisions, vous adapter aux changements…

    Et savoir que vous méritez le bonheur. Elle ne vient pas de l’extérieur, ni de votre patron, ni de vos parents, ni de vos amis car la sensation de confiance apportée par l’extérieur est éphémère et peu satisfaisante. En effet, de toutes vos opinions, celle que vous avez de vous-même est la plus importante.

    La confiance en soi est un acte d’éveil, suivi d’une pratique quotidienne qui consiste à reconnaître qui nous sommes et ne sommes pas, et à être honnête sur ce que nous découvrons.

    Quelqu’un peut-il avoir trop de confiance en soi ?

    En aucune façon. Il est très important de faire la distinction entre confiance en soi et arrogance. C’est le syndrome de ceux qui « en font trop » et se sentent obligés d’agresser l’autre ou de citer à tout bout de champ leurs diplômes, leurs relations célèbres ou leurs biens matériels. ? Pas facile, c’est vrai d’accepter que si l’on ne supporte pas l’autre, c’est qu’on ne se supporte pas soi-même.

    Identifier ses besoins, exprimer ses sentiments, dépasser ses blocages… La confiance en soi, ça se travaille !

  • Oser être soi en entreprise

    sourire homme.jpgJean-Jacques a 35 ans. C’est un excellent professionnel dans sa partie. Pourtant, à chaque fois qu’il se rend en réunion avec des personnes d’un niveau hiérarchique supérieur, il se sent en difficulté. Dès que le manager le conteste ou porte un jugement à l’emporte-pièce (si si ça arrive encore !), il perd ses moyens et se justifie longuement, ce qui lui vaut d’impatienter son interlocuteur et de se placer en situation d’infériorité.

    Depuis peu, il se rend compte que cette situation est récurrente. Dans le précédent poste aussi, il se faisait rabrouer et n’était pas reconnu à sa juste valeur.

    La raison en est qu’il ne s’accorde lui même pas beaucoup de valeur à moins qu’il n’en accorde plus aux autres. Le résultat est là : il ne se positionne pas d’égal à égal et a du mal à faire sa place dans l’entreprise. Il a l’impression qu’il n’est pas complètement à la hauteur.

    En parlant avec moi, il réalise qu’il induit inconsciemment cette situation. Cette façon de réagir à l’environnement lui a sans doute été utile dans le passé, notamment enfant, pour s’adapter et être aimé par son entourage. Maintenant, ce comportement inconscient devient gênant. Il ressent le besoin de faire peau neuve et de se libérer des empreintes du passé.

    Il réalise qu’il veut toujours faire plaisir et néglige ses propres besoins. Je lui a parlé de la croyance limitante « fais plaisir » avec tout ce qu’elle implique et aussi du « sois parfait". Ca lui a bien parlé. Il réalise combien il a besoin d’être accompagné pour se défaire de mécanismes inconscients. Il sait aussi que le coaching est un pas sur le chemin mais qu’un stage intensif sur l’Estime de Soi lui ferait le plus grand bien. Toutefois, il n’est pas encore prêt à franchir le pas... mais l’idée commence à faire son chemin.

    Nous avons travaillé sa posture d’égal à égal et préparé sa future réunion. Du fait de son parcours, il a développé d’intéressantes qualités d’écoute, d’empathie, de collaboration. Autant de ressources qu’il va pouvoir se ré-approprier pour pouvoir trouver plus de plaisir à contribuer à l’évolution de son entreprise et de lui-même...

  • OSER ETRE SOI - Conférence à Périgueux le 27 sept. 20h30

    Capture d’écran 2013-09-21 à 10.28.29.png

    Conférence : OSER ETRE SOI - Un chemin de vie à reconquérir !

     

    Espace Corps, rue des Francs Maçons à Périgueux

    le Vendredi 27 septembre 2013 à 20h30

    • Quel risque à être soi?
    • A quel moment se sont créés les freins dans notre vie et pourquoi?
    • Comment reconquérir notre droit de naissance?

    Entrée : 3 euros

    Inscription souhaitée par mail à sylviebergeron24@gmail.com

  • Qu’est-ce qu’une croyance et quel est son impact sur l’estime de soi?


    croyances,postulats,modèle du monde,pnl,croyances limitantes,croyances aidantes,se reprogrammer,affirmations positivesVotre estime de soi ne se fonde pas en premier sur le mérite de ce que vous faites ou avez fait, mais sur le sentiment que vous êtes quelqu’un qui a de la valeur et de l’importance.

    L’estime de soi repose sur des postulats que vous avez sur vous-même, sur des croyances. Elles ont été apprises dans l’enfance et proviennent de tentatives précoces pour obtenir de l’attention des parents ou du fruit de vos expériences.

    Certaines croyances sont aidantes, d'autres sont limitantes voire enfermantes. Par exemple, vous pouvez entretenir sur vous-même la croyance : « Je suis nul, ne j'y arriverai jamais », ou bien « Je m’en sortirai toujours ». Ces croyances se présentent comme des convictions fortes, des vérités qui ne sont pas remises en question.

    Quand ces croyances sont négatives, vous acceptez les problèmes qu’elles vous causent, faute de voir qu’elles ne sont que des hypothèses plus ou moins utiles. En effet, la croyances fonctionne comme une paire de lunettes déformantes qui modifie votre perception du monde.

    L’ensemble des croyances que vous avez sur nous-même, les autres, la vie, l’amour, le travail, constitue votre « modèle du monde ». Aucun modèle du monde n’est plus vrai qu’un autre.

    Certains sont plus aidants que d’autres : avoir les croyances que l’on est capable d’affronter les difficultés de la vie, que toute situation est riche de possibles, que l’on mérite d’être aimé et de réussir, rend certainement la vie plus facile que d’entretenir les valeurs contraires (Je n’y arriverai pas, c’est bouché, personne ne s’intéresse à moi).

    Le système de croyances que vous avez se traduit généralement dans vos comportements, ce qui influe sur votre environnement. Ainsi, vous créez inconsciemment par vos comportements des situations qui correspondent à vos croyances et qui les vérifient. Et par conséquent, vous renforcez vos croyances !

    Face à une situation donnée, si je crois que pour moi, « tout est bouché », je ne verrai sans doute pas les solutions possibles, et je « constaterai » que décidément tout est bouché. En revanche, si j’ai la croyance qu’il y a toujours moyen de s’en sortir, il y a fort à parier que cette fois encore, je trouverai une bonne solution !

    Certaines personnes sont constamment critiques vis-à-vis d’elles-mêmes. Elles entretiennent la croyance que si elles arrêtent de se critiquer, elles n’auront plus aucune chance de s’améliorer. Pourtant, il y a une autre façon de s’améliorer.

    Vous pouvez commencer à identifier vos croyances limitantes puis vous « reprogrammer » par la répétition d’affirmations aidantes et réalistes.

    Par exemple, vous pouvez affirmer « Je mérite et j’ai le droit d’être aimé », « je suis une personne digne de respect », « j’ai de la valeur », « je vois la réussite dans tout ce que j’entreprends », etc. Si vous pesez 150 kg, ne dites pas "Je suis mince" (ce que vous ne pourriez absolument pas croire) mais "Je me rapproche chaque jour de mon poids idéal". Plus vous le répéterez avec conviction (même si au début vous n’y croyez pas), plus la croyance va s’installer et plus vous serez en mesure d’adopter des comportements cohérents avec ces nouvelles croyances et donc de changer votre environnement et votre vie.

    S’accepter, c’est être son propre ami et se traiter avec bienveillance, considération et respect 

     

    NB : Dans une prochaine note, je vous parlerai des 5 grandes croyances limitantes identifiées par la PNL.

    Pssitt : pensez à laisser un commentaire à la fin de cette note (il faut cliquer sur le mot commentaire en orange), sur vos expériences et les croyances limitantes que vous avez réussi à débusquer. Belle réussite à vous !