Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Un temps pour Soi - Page 3

  • Quand je te demande d'être écouté de J. Salomé

    Quand je te demande de m’écouter et que tu commences à me donner des conseils, je ne me sens pas entendu.

    Quand je te demande de m’écouter et que tu me poses des questions, quand tu argumentes, quand tu tentes de m’expliquer ce que je ressens ou ne devrais pas ressentir, je me sens agressé.

    Quand je te demande de m’écouter et que tu t’empares de ce que je dis pour tenter de résoudre ce que tu crois être mon problème, aussi étrange que cela puisse paraître, je me sens encore plus en perdition.

    Quand je te demande ton écoute, je te demande d’être là, au présent, dans cet instant si fragile où je me cherche dans une parole parfois maladroite, inquiétante, injuste ou chaotique. J’ai besoin de ton oreille, de ta tolérance, de ta patience pour me dire au plus difficile comme au plus léger.

    Oui simplement m’écouter…. sans excusation ou accusation, sans dépossession de ma parole.

    Écoute, écoute moi. Tout ce que je te demande c’est de m’écouter. Au plus proche de moi. Simplement accueillir ce que je tente de te dire, ce que j’essaie de me dire. Ne m’interromps pas dans mon murmure, n’aie pas peur de mes tâtonnements ou de mes imprécations. Mes contradictions comme mes accusations, aussi injustes soient-elles, sont importantes pour moi.

    Par ton écoute je tente de dire ma différence, j’essaie de me faire entendre surtout de moi-même. J’accède ainsi à une parole propre, celle dont j’ai été longtemps dépossédé.

    Oh non, je n’ai pas besoin de conseils. Je peux agir par moi-même et aussi me tromper. Je ne suis pas impuissant, parfois démuni, découragé, hésitant, pas toujours impotent.

    Si tu veux faire pour moi, tu contribues à ma peur, tu accentues mon inadéquation et peut-être renforce ma dépendance.
    Quand je me sens écouté, je peux enfin m’entendre.

    Quand je me sens écouté je peux entrer en reliance. Établir des ponts, des passerelles incertaines entre mon histoire et mes histoires. Relier des événements, des situations, des rencontres ou des émotions pour en faire la trame de mes interrogations. Pour tisser ainsi l’écoute de ma vie.

    Oui, ton écoute est passionnante. S’il te plaît, écoute et entends moi.

    Et si tu veux parler à ton tour, attends juste un instant que je puisse terminer et je t’écouterai à mon tour, mieux, surtout si je me suis senti entendu.

  • Comment aimer?

    Je veux pouvoir t'aimer sans m'agripper

    t'apprécier sans te juger

    te rejoindre sans t'envahir

    t'inviter sans insistance

    te laisser sans culpabilité

    te critiquer sans te blâmer

    t'aider sans te diminuer.

     

    Si tu veux m'accorder la même chose,

    alors nous pourrons vraiment nous rencontrer

    et nous agrandir l'un l'autre.

    Virginia Satir

  • Et si je faisais du tri?

    Avez-vous remarqué comme tout changement intérieur appelle à faire le vide, à élaguer certaines relations ou à se débarrasser de certains objets. De même, aborder un déménagement, invite à faire un travail de détachement à certains objets, souvenirs et/ou habitudes, tout autant qu'à certaines relations.

    A l'aube d'un déménagement vers Trélissac (et oui, nous allons bouger après 10 ans à St Antoine de Breuilh!), je m'interroge sur ce que je dois garder ou libérer... NB : je vous en dirai plus sur ma nouvelle adresse dès que tout cela sera bouclé.

    Qu’ai je besoin, en effet, de conserver tous ces documents, traces de mon passé et de mon parcours (rapports de stage, cours divers) alors que je n’y jette jamais un coup d’oeil, à quoi sert de continuer à manger dans des assiettes reçues en dépannage il y a 20 ans et qui me sortent par les yeux, et tous ces vêtements qui encombrent ma garde-robe et que je garde au cas où alors que ce n’est plus mon style ni mon énergie du moment !

    Allez hop ! De l’air, de l’espace, du mouvement. Car comment accueillir le nouveau, l’inattendu, le souffle si je ne leur fais pas un peu de place.

    Chaque acte de tri est un acte d’épuration intérieure et extérieure. Donner, jeter, recycler chaque objet me demande de m’interroger sur le sens que je lui donne encore dans ma vie. Embellit-il ma vie ? Ai-je plaisir à le regarder, à m’en servir ou à le porter ?

    Parfois aussi, se séparer d’un objet renvoie à des loyautés familiales. Comment vais-je pouvoir me séparer de l’armoire que m’a transmise ma grand-mère ? Alors, ne nous bousculons pas trop, ni trop vite. Un pas après l’autre... Hier, en regardant mes étagères épurées, je me suis sentie plus disponible, plus pleine d’enthousiasme, d’énergie. Curieux non ?

    La légèreté que cet acte de tri apporte est la récompense. Et tant mieux, si ce que je sors de chez moi peut profiter à d’autres. L’énergie, c’est fait pour circuler !

    Lire la suite

  • Ecouter les signes placés sur notre chemin

    Coïncidences, hasards, la Vie nous fait des signes! Vivre son propre destin et incarner sa propre légende, c’est se mettre en route avec l’idée de réaliser ses rêves, de manifester ses talents et de les offrir au monde.

    question nuage.jpgCette quête peut s’avérer difficile si nous restons sourds et aveugles aux signes, coïncidences, synchronicités, ou messages que la Vie nous envoie, souvent en réponse à des questionnements ou à une demande. C’est la multiplicité des « coïncidences » qui crée un faisceau de convergence et donne du poids et du sens au message que nous sommes seul en mesure d'interpréter. C’est en cela que la Vie devient vraiment magique! Prenons quelques exemples :

    Lire la suite

  • Méditer pour se recentrer

    Beaucoup d'écrits font état des bienfaits de la méditation, du recentrage et du développement de notre conscience intérieure pour vivre davantage en paix, mieux gérer notre stress, nous recentrer, nous aligner avec notre Source intérieure (quel que soit son nom, en dehors de toute religion).

    C'est un chemin délicat qui demande constance et détermination. Or, notre société de consommation et de distraction n'invite pas à se poser, ni à méditer, encore moins à sortir des sentiers battus de la normalisation. Même les enfants sont bousculés dans leur planning, dès la maternelle, pour faire des activités et les stimuler. Même si tout cela est intéressant, l'enfant comme l'adulte, a besoin de temps de vacuité pour rêver, se recentrer, vivre l'instant présent. La rêverie est riche car elle permet de recevoir énergie et intuitions, qui se manifesteront au moment opportun.

    Alors, autorisons-nous à nous poser, même pendant cette période de rentrée, souvent fort agitée. Au contraire, nous poser nous permettra de faire les meilleurs choix, de focaliser notre énergie au bon endroit et de nous sentir plus sereins. Renforçons notre discipline intérieure pour réaligner nos pensées, nos émotions et nos sentiments à la meilleure version de nous-même.

    Je vous souhaite de vous accorder ces moments de rencontre avec vous-même!